fr

Puce électronique pour chat et chien, comment ça marche ?

Même si l'identification d'un chien ou chat est obligatoire, il est légitime de vouloir en savoir plus avant de faire pucer son animal. Vous trouverez dans cet article toutes les informations sur la puce électronique d'identification, son utilité comme l'opération nécessaire à son implantation.

Temps de lecture : 8 min

Longtemps usité en France, le tatouage d’identification des animaux de compagnie laisse progressivement la place à la puce électronique qui est aujourd’hui le premier mode d’identification. Réputée infalsifiable, elle offre une meilleure traçabilité des animaux et une aide précieuse aux professionnels de la filière comme les refuges par exemple mais aussi aux particuliers.

La puce électronique est indéniablement une avancée majeure dans l’assistance en cas de perte d’un animal de compagnie ou dans la lutte contre les trafics d’animaux. Mais comment cela fonctionne-t-il exactement ?

Résumé de l'article :

SOMMAIRE

L’évolution de l’identification des animaux domestiques en France

Un chat tatoué dans l’oreille droite

Le tatouage : un moyen d’identification révolu

Le tatouage a longtemps été le mode d’identification des carnivores domestiques, mais cette méthode était réputée douloureuse et ce n’était pas là son seul inconvénient. Le tatouage par dermographe était pratiqué par un vétérinaire sous anesthésie générale. Celui-ci reportait ensuite le numéro sur le carnet de santé de l’animal. Mais ce numéro tatoué dans l’oreille ou à l’intérieur de la cuisse, le plus souvent composé de 3 chiffres et 3 lettres, était facilement falsifiable et avec le temps, finissait par s’effacer et devenait peu lisible.

Par ailleurs, il n’était pas rare que des personnes sans scrupules à l’origine de trafics d’animaux se livrent à des actes cruels en coupant les oreilles tatouées pour anonymiser les animaux. Enfin, le tatouage n’était pas reconnu dans la plupart des pays étrangers rendant les sorties du territoire français difficiles avec un animal de compagnie. Et même si l’identification de l’animal était immédiate, le recoupement du numéro d’identification et des coordonnées du propriétaire, en cas de perte d’un chat ou d’un chien, pouvait être plus ou moins long.

La puce électronique : un mode d’identification performant

Depuis une quinzaine d’années, la puce électronique supplante progressivement le tatouage qui a pratiquement disparu. La puce électronique chien et la puce électronique chat sont des puces RFID qui renferment un code infalsifiable composé de 15 chiffres donnant accès à toutes les informations concernant l’animal. Ces implants sous-cutanés permettent l’identification des animaux domestiques mais également leur recensement. Le rôle de la puce électronique n’est donc pas anecdotique.

Reliés au fichier national d’identification des carnivores domestiques, une immense base de données nationale, ces numéros uniques sont le lien entre les acteurs de la santé animale, les autorités et les particuliers. De même, la puce électronique a une fonction de conséquence dans le suivi sanitaire coordonné par l’i-CAD tout comme dans la recherche des animaux perdus ou encore le combat contre le délaissement des animaux. C’est pourquoi la puce électronique d’identification est une obligation légale pour les carnivores domestiques.

Que dit la loi sur la puce électronique d’identification ?

Jeune chatte tout juste stérilisée avec seringue d’injection d’une puce électronique et certificat provisoire d’identification

Puce électronique d’identification : un dispositif obligatoire

Le Code rural précise que les chiens et les chats sont identifiés selon un procédé agréé par le Ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation. La loi impose l’identification obligatoire pour tous les chiens nés après janvier 1999, tandis qu’elle n’est exigée pour les chats que depuis janvier 2012. Autant dire que les propriétaires d’animaux domestiques n’ont a priori d’autres choix que de faire identifier leurs animaux dès leur acquisition.

Pourtant malgré cette obligation, l’identification ne semble pas être une priorité pour de nombreux propriétaires d’animaux domestiques. En effet, à ce jour environ 88 % des chiens sont identifiés mais il semble que plus de la moitié des chats ne le soient pas.

Identification des chats : la loi évolue

Jusqu’à présent, la loi prévoyait une amende de 135 euros pour les propriétaires de chiens qui ne faisaient pas la démarche de faire identifier leur animal de compagnie. Les propriétaires de chats étaient épargnés. Cette obligation n’entraînait jusqu’alors aucune sanction pour les propriétaires des chats qui ne s’en acquittaient pas. C’est ce que remet en cause aujourd’hui Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l'Alimentation.

En effet, Didier Guillaume a annoncé tout récemment que la non-identification des chats serait punie d’une amende de 135 euros et ce, dès le premier semestre 2020. Une nouvelle mesure pour lutter contre l’abandon et provoquer une prise de conscience chez les propriétaires de félins.

Quelles sont les causes de la non-identification ?

En réalité, certains propriétaires de chats ne vont pas à l’encontre de la loi par simple objection. Il peut sembler inutile pour un propriétaire d’un chat qui ne sort pas de le faire identifier malgré toute l’affection qu’il lui porte. Pourtant la fugue n’est pas à exclure. Le chat sans identification ni même médaillon peut profiter d’une porte ou d’une fenêtre ouverte pour sortir. Le malheureux propriétaire de l’animal se retrouve alors démuni face au manque de moyens qui s’offre à lui dans la recherche de son animal. Car que le félin soit recueilli par un particulier, ramassé par la fourrière ou déposé dans un refuge pour animaux, il sera de fait difficile de retrouver son propriétaire.

Par ailleurs, de nombreuses personnes confondent pedigree et identification ou pensent à tort qu’ils vont de pair. C’est pourquoi la plupart des chiens et des chats non identifiés n’ont pas de race déterminée. Or, il n’en est rien. Le pedigree atteste la pureté de la race d’un chien ou d’un chat, l’identification quant à elle permet comme nous l’avons vu de lui donner une existence officielle.

Enfin, les statistiques montrent qu’environ la moitié des chiens donnés par des connaissances sans qu’il ne soit établi de certificat de cession ne sont pas identifiés. Le constat est le même pour les chats donnés par l’entourage ou bien trouvés dans la rue et recueillis. Pourtant, la loi stipule que dans tous les cas, l’adoption d’un animal doit donner lieu à son identification.

A quoi sert une puce électronique d’identification ?

Puce d’identification avec la seringue d’injection

Le rôle de la puce électronique reste encore trop méconnu en France, il est pourtant loin d’être accessoire. La puce électronique a entre autres pour fonction essentielle, le suivi des animaux domestiques mais oeuvre également pour leur sécurité en prenant part à la recherche des propriétaires des animaux perdus.

Puce électronique et recherche de propriétaires

La puce électronique implantée aux animaux domestiques par les vétérinaires contient un numéro unique auquel sont reliées toutes les informations relatives à l’animal et à son propriétaire.

Si l’animal de compagnie vient à se perdre ou à être volé, le propriétaire peut entamer les démarches via le numéro d’identification pour retrouver son animal au plus vite. En revanche, s’ils ne sont pas équipés d’une puce électronique, les animaux trouvés ou perdus n’ont que très peu de chances de retrouver leur propriétaire.

D’ailleurs, les statistiques sont formelles : 81 % des animaux domestiques perdus pucés sont retrouvés par leur propriétaire, contre 59 % s’ils ne sont pas identifiés. Un animal porteur d’une puce électronique a donc 40 % de chances en plus de retrouver son propriétaire.

Puce électronique et lutte contre l’abandon

Par ailleurs, la puce électronique des animaux domestiques permet de lutter contre l’abandon. Sans puce électronique, l’animal domestique n’a pas d’existence légale et n’a donc pas de propriétaire désigné. L’absence d’identification électronique permet en l'occurrence aux particuliers indélicats et peu scrupuleux d’abandonner leurs animaux de compagnie en toute impunité.

Pourtant, si l’identification d’un animal est un passage obligatoire, il est également nécessaire dans le processus d’adoption d’un chien ou d’un chat. En effet, il peut s’apparenter à un engagement formel de prendre soin de lui. Or, il est avéré que nombre de chats et de chiens non identifiés n’ont pas non plus accès aux visites régulières chez les vétérinaires pour la vaccination antirabique annuelle entres autres.

Puce électronique et crise sanitaire

En cas de crise sanitaire pouvant être dangereuse pour la population humaine, l’I-CAD joue un rôle dans la localisation des animaux impliqués. Si la crise sanitaire implique des chats ou des chiens, les animaux domestiques non identifiés seront fatalement euthanasiés. La puce d’identification chat ou chien est en quelque sorte un rempart contre l’euthanasie systématique en cas d’alerte sanitaire.

En quoi consiste le puçage des animaux domestiques ?

Injection d’une puce d’identification à une jeune chatte

Implantation de la puce électronique

Le vétérinaire indépendant ou officiant dans une clinique vétérinaire est le seul professionnel habilité à pucer un animal de compagnie. La plupart du temps, la puce d’identification est implantée au moment des premières vaccinations ou bien à l’occasion de la stérilisation de l’animal. En réalité il n’y a pas d’âge minimum. En revanche, tous les chats de plus de 7 mois et tous les chiens de plus de 4 mois doivent être pucés.

La puce électronique n’est pas plus grande qu’un grain de riz. Pour procéder à l’identification de l’animal, le vétérinaire va implanter la puce sous la peau au niveau de la gouttière jugulaire gauche, autrement dit dans l’encolure, en arrière de l’oreille gauche. La pose se fait à l’aide d’une seringue stérilisée, elle est tout à fait indolore et ne nécessite aucune anesthésie. Le vétérinaire remet ensuite un certificat provisoire au propriétaire en attendant l’enregistrement définitif auprès de l’i-CAD.

La carte d’identification

Lors de l’identification de l’animal domestique, le vétérinaire remet au propriétaire une carte d’identification chien ou chat. Il s’agit en quelque sorte d’une carte d’identité qui confère une existence officielle à l’animal domestique et une légitimité au propriétaire.

Cette carte doit être précieusement conservée pendant toute la vie de l’animal de compagnie. Elle comporte le numéro d’identification chien ou chat ainsi que le mot de passe nécessaire pour la première connexion pour indiquer un changement de situation par exemple. Ce mot de passe est également demandé lors de l’enregistrement d’un animal sur l’application Filalapat.

Lecture de la puce électronique

Lorsqu’un animal domestique perdu est retrouvé par un particulier, son premier réflexe est d’aller consulter un vétérinaire. Le vétérinaire est en effet tout à fait à même de vérifier si le chien ou le chat est identifié. À l’aide d’un transpondeur ou lecteur de puce, le vétérinaire récupère le numéro d'identification chat ou chien. C’est dans le fichier d’identification des carnivores domestiques géré par l’i-CAD, qu’il retrouve les coordonnées du propriétaire à prévenir.

Au-delà même de l’obligation, il est important de comprendre que l’identification de son animal de compagnie est un engagement solennel de prendre soin de cet être vivant. Ce geste indolore pour l’animal apporte non seulement une légitimité à son maître mais aussi une responsabilité qu’il ne peut ignorer.

C’est aussi une façon d’assurer sa sécurité en lui conférant une existence officielle et de se donner toutes les chances de retrouver son animal perdu. Mais l’identification seule ne suffit pas, il faut veiller tout au long de la vie de l’animal à signaler tout changement d'adresse ou changement de propriétaire à l’i-CAD afin que le fichier soit toujours à jour.

Pour pucer votre animal en toute sérénité, n'oubliez pas de télécharger votre guide complet avec les points clés sur l'identification chien/chat.