150 000 personnes sont touchées chaque année par un AVC (Accident Vasculaire Cérébral). Plus de la moitié d’entre elles sont âgées de 75 ans et plus, et près de 75 % de celles qui y survivent sont touchés par des séquelles. Peut-on prévenir un AVC?

Comment reconnaître les premiers signes d’un AVC

AVC : les terrains propices

Si l’AVC peut survenir chez n’importe qui, la médecine a néanmoins déterminé des profils « à risques », présentant des terrain propices. Les 10 principaux facteurs de risques sont :

  • Le tabagisme
  • La consommation d’alcool
  • La sédentarité
  • L’obésité
  • Le diabète
  • L’hypertension artérielle
  • Un régime alimentaire peu équilibré
  • Le cholestérol
  • Les problèmes cardiaques comme la fibrillation atriale

Un certain nombre de ces facteurs peut être évité par de simples mesures d’hygiène de vie. Pour les pathologies favorisant les AVC, une détection précoce est essentielle pour mettre en place un traitement et ainsi prévenir la survenue d’un accident : consultez votre médecin !

Comment reconnaître les premiers signes d’un AVC

AVC : les signes

La survenue d’un accident vasculaire cérébral n’est pas forcément brutale. Les signes peuvent apparaître brutalement ou bien très progressivement. C’est pourquoi il vous faut être attentif à certains symptômes qui peuvent à première vue sembler bénins :

Comment reconnaître les premiers signes d’un AVC

  • Au niveau du visage. Une perte de sensibilité, voire une paralysie brutale d’un côté ou des deux côtés de la face et/ou de la bouche, une baisse brutale de la vision de l’un ou des deux yeux.
  • Au niveau des membres. Un faiblesse soudaine dans une jambe ou un bras. Cela peut tout d’abord se manifester par un engourdissement progressif avant une paralysie complète. L’équilibre est plus instable, des vertiges peuvent survenir, provoquant souvent des chutes.
  • Au niveau de la parole. Le langage devient inintelligible, le discours est confus et désordonné, des troubles de l’élocution peuvent apparaître, voire une perte complète de la parole.

AVC : vivre avec les séquelles

Comment reconnaître les premiers signes d’un AVC

Les séquelles d’un AVC peuvent handicaper le quotidien. Au niveau moteur, une faiblesse ou une paralysie totale ou partielle sont fréquents. Il vous faut donc organiser le quotidien de la personne touchée de façon à lui faciliter la vie:

  • Facilitez ses déplacement chez elle : installation de rampes et de poignées, élargissement des zones de passage, élimination des obstacles comme les tapis, ajout d’éclairages…
  • Limitez le risque de chutes dans les pièces sensibles comme la salle de bain : installation de poignées, d’une baignoire adaptée ou d’une douche à l’italienne, revêtements anti-dérapants…
  • Enfin, sachez que de nombreux objets du quotidien existent en version adaptée au handicap. Rapprochez-vous d’un ergothérapeute pour mettre en place un environnement facile à vivre pour votre proche.

Prévenir la survenue d’un AVC est possible. Il est également possible dans certains cas d’intervenir avant que les dégâts ne soient trop importants. Aujourd’hui, de très nombreuses personnes vivent avec les séquelles d’un AVC : légères et quasi imperceptibles pour certaines, elles sont plus lourdes pour d’autres et peuvent nécessiter de votre part une surveillance accrue. Équipez votre proche d’un traceur GPS Weenect vous sécurisera.

Comment reconnaître les premiers signes d’un AVC

Auteur : Weenect

Weenect, leader de la géolocalisation familiale, propose une gamme de traceurs GPS pour les différents membres de la famille : les enfants, les seniors, les chiens et chats. Ce blog a vocation à aider les familles dans leur vie quotidienne.