Nourriture sèche grignotée, cavalcades légères sur le plancher, plinthes voire câbles électriques rongés… pas de doutes : les rongeurs ont investi votre maison. Et si vous mettiez votre chat à contribution ?

Le chat, un prédateur dans l’âme

Ce n’est pas parce que Minou est un bon gros matou domestique format « Garfield » qu’il n’est pas capable de traquer la souris : les chat sont et restent des prédateurs à l’instinct très sûr. Dans la nature, ils passent près de 2/3 de leur temps à chasser. La plupart du temps, ce n’est même pas la faim qui les motive, mais plutôt le jeu et l’excitation de la traque : la proie qu’il faut poursuivre, qui couine et qui se débat, c’est amusant…
Souvent, les maîtres ne veulent pas connaître cet aspect de leur animal favori, considéré comme « barbare » ; mais pour lui, il s’agit d’un instinct vital. Et quand la proie s’est installée carrément sur son territoire (votre domicile), c’est vraiment trop tentant… Et vous pourriez bien en tirer parti !

Détecter la présence de rongeurs

Ce n’est pas toujours facile ! Mulot et souris sont si petits et discrets qu’ils passent bien souvent
inaperçus dans nos habitations. Et c’est parfois votre chat lui-même qui vous mettra la puce à
l’oreille…
En effet, un animal habituellement calme qui semble soudain tendu, qui marque l’arrêt et semble « camper » devant un meuble en ayant l’air de guetter, qui feule et miaule sans raison dans une direction doit attirer votre attention. Si vous avez des soupçons, consultez régulièrement ses déplacements grâce à l’appli associée à son traceur Weenect Pets : ils vous renseigneront sur les « points de fixation » de votre animal.

Laissez le chat faire !

La présence de rongeurs est avérée : à moins de gros dégâts (sur du matériel électrique, par
exemple), auquel cas il faut agir très rapidement, pourquoi ne pas compter sur votre chat pour régler le problème ? Les pièges vous obligent à manipuler la souris (même encagée, cela peut rebuter) ; quant aux tapettes ou aux systèmes à base de colle, n’en parlons pas… Efficace, le poison est à la fois
néfaste pour l’environnement et dangereux pour vos animaux ou vos enfants. Finalement, laisser votre chat se charger de l’intrus reste la solution la plus naturelle et économique !
Vous avez repéré l‘endroit où il a flairé le rongeur : facilitez-lui l’accès en enlevant tout obstacle.
Un tapis précieux, de la moquette à proximité ? Autant le savoir : quand votre chat mettra la patte sur le nuisible, cela risque d’être un peu salissant… Les chats apprécient de jouer avec leur proie, même morte ; ils peuvent tuer très « proprement » l’animal, mais ce qu’ils en feront ensuite reste imprévisible…
Il y a fort à parier que votre félin vous apporte sa proie tel un trophée ; même si cela vous écœure, ne le réprimandez pas : c’est un geste à haute portée symbolique pour lui, qui signifie qu’il accepte de partager le « butin » avec vous, mais aussi qu’il souhaite vous initier aux joies de la chasse… Félicitez- le !
Vous pensez votre chat incapable de chasser autre chose qu’un jouet ? Détrompez-vous : même le plus paisible des animaux pourrait bien vous surprendre si d’aventure, un nuisible s’installait chez vous. Faites confiance à sa nature !